Your future in Criminal Law

Twenty-five years from now, historians, criminologists and other observers of criminal law in Canada may very well look back to a 2005 lecture given by Justice Michael Moldaver (now of the Supreme Court of Canada), to the Criminal Lawyers Association.  Will they ask, why did we not see the symptoms of a dying branch of our profession?

(la version française suit)

The important excerpt from the lecture, quoted at the opening of a comprehensive report by the Ontario courts on criminal procedure, pointed to a trial process spiraling out of control.  He repeated his call to action in a 2006 address to the Justice Summit in Toronto.  What Justice Moldaver left out of his clarion call, however, was the future of the criminal defence bar.  Now is the time for a new generation lawyers to chime in.  For most senior lawyers, it may be too late to make a difference.  (Although at least one senior civil litigator I know has returned to law school to obtain training in criminal law.)  For new lawyers, however, the call to service will come sooner than you think.

For many, it’s the reason we entered law school

Many still look to Atticus Finch in To Kill a Mockingbird as having inspired generations of lawyers.  Not just criminal lawyers, but lawyers of all kinds.  For the Walter Mitty in many of us, there is a quintessence of the great criminal trial counsel of the silver screen mixed into our identity as lawyers. Criminal law still holds the soul of the legal profession.  The ability to defend the innocent, however idealistic, remains part of what every lawyer is, no matter what field.  This secret super-strength trumps all the lawyer jokes in small-town newspaper cartoons, and transforms lawyers into heroes.

Alas, somewhere amid the absence of articling jobs in criminal law, a business model based on Legal Aid, and the $90,000 educational debt load, the stars are aligned against anyone but the very idealistic or the very civic-minded seeking a career in criminal law.  These three economic factors are, of course, interlocked.  Articling jobs in the criminal defence bar are limited to small numbers in high-profile chambers.  Despite the fact Ontario “boasts” the best funded legal aid plan in Canada, it is generally impossible to operate a specialized criminal practice according to the traditional law firm model involving rented space and support staff. This sector of the private bar, more than any other, has clung on to the “lone wolf” image, and is predominantly male.

Law students should know the truth about criminal law in 21st-Century Canada, indeed, even before they contemplate admission into law school.

Some sectors of law are already on life support

In particular, the market for residential real estate law has been all but abandoned by specialists, in favour of retail general practitioners.  Will criminal law go the same way?

For a while, criminal defence lawyers came from the ranks of Crown attorneys seeking to build a more lucrative career in private practice.  This model has not existed for at least a decade.  Who in their right mind would give up the job security of being a Crown, to join the starving ranks of the criminal bar?  This, and the lack of diversity in the among Crowns and Deputy Crowns, point to shifts in the career and recruiting structure of the criminal law bar which are very different from the rest of the bar. The Crown prosecution service has had traditionally minimal participation in groups such as the Canadian Bar Association, and operates its own professional development.

Conscription if necessary, but not necessarily conscription

If the Law Society of Upper Canada does adopt some form of institutional model for supplementing articling, perhaps one option would be to devote significant resources to the development of an academy of criminal lawyers.  That would help relieve the training part of the problem.  Training a militia of criminal lawyers will not, however, relieve the pressures on the practising bar.  Between clients who can’t pay and lawyers who can’t afford to work, the out-of-service train has arrived in the station.

There are already “civil niche” sectors of quasi-criminal practice which are showing signs of trouble.  The writer of this blog, for example, has joined a number of counsel who have volunteered to act as pro bono duty counsel in Law Society disciplinary hearings.  This is, strictly speaking, a civil administrative tribunal.  However, both criminal and civil practitioners have traditionally acted in the defence of lawyers facing disciplinary proceedings.  The fact that a rising number of lawyers cannot afford to hire counsel when they get into trouble is a coughing canary in the coal mine.  These are lawyers who cannot afford lawyers and yet do not qualify for Legal Aid.  An entire segment of the legal profession is just like most middle-income Canadians, as identified by the Ontario Civil Legal Needs Project.  Not super-heroes, just ordinary folk, presumed innocent.

After pro bono discipline hearings, will there be a time when Bay St. lawyers will be conscripted to pro bono criminal work?  A bourgeois legal version of The Handmaid’s Tale?  Don’t laugh – many large law firms have long encouraged their students and juniors to perform Small Claims Court duty and other pro bono counsel work, to get the hearing and trial experience.  After mandatory CLE, can there be mandatory bail hearings?  Will there be a select few handling trials?  The decline of the criminal defence lawyer is like the felling of the original tree in the forest.  We must replace it with new trees, before someone notices.

~   ~   ~

Vingt-cinq ans depuis ce moment, les historiens, les criminologues et d’autres observateurs de droit pénal au Canada peut très bien regarder en arrière à une conférence donnée en 2005 par le juge Michael Moldaver (maintenant de la Cour suprême du Canada), à la Criminal Lawyers Association. Vont-ils demander, pourquoi n’avons-nous pas vu les symptômes d’une branche de notre profession en train de mourir?


L’extrait de la conférence importante, cité à l’ouverture d’un rapport par les tribunaux de l’Ontario sur la procédure pénale, a souligné à un procès en spirale hors de contrôle.  Il a répété son message dans un discours en 2006 au Justice Summit à Toronto. Ce que le juge Moldaver n’a pas signalé, cependant, était l’avenir incertain de la barre de la défense pénale.

Pour beaucoup entre nous, c’est la raison pour laquelle nous sommes entrés dans l’école de droit

Beaucoup considèrent toujours Atticus Finch dans To Kill a Mockingbird comme l’inspiration des générations de juristes. Non seulement les avocats en droit criminel, mais les avocats de toutes sortes. Pour le Walter Mitty dans beaucoup d’entre nous, il est la quintessence de l’avocat au procès pénal grande mélangé dans notre identité en tant que juristes. Le droit pénal tient toujours l’âme de la profession juridique. La capacité à défendre les innocents, même idéaliste, continue de faire partie de chaque avocat, quel que soit le domaine. Ce secret super-force l’emporte sur toutes les blagues sur les avocats dans les dessins animés dans les journaux des petites villes, et le transforme en héros.

Hélas, quelque part entre l’absence de stage d’emplois dans le droit pénal, et un modèle d’affaires basé sur l’aide juridique, et la charge de la dette éducatif de 90 000 $, les astres sont alignés contre tout.  Seulement les très idéalistes ou très civiques recherche d’une carrière en droit pénal. Ces trois facteurs économiques sont, bien sûr, verrouillé. Les emplois de stage dans la barre de la défense pénale sont limitées à un petit nombre de cabinets. Malgré le fait que l’Ontario « se vante » le plan d’aide juridique le mieux financé au Canada, il est généralement impossible de faire fonctionner une pratique criminelle spécialisée selon le modèle traditionnel.
Les étudiants en droit devraient connaître la vérité sur le droit pénal au 21e siècle au Canada, en effet, avant même qu’ils envisagent l’admission dans l’école de droit.

Certains secteurs du droit sont déjà sur le soutien de vie

En particulier, le marché du droit immobilier résidentiel a été abandonné par des spécialistes, en faveur de la vente au détail des généralistes. Est-ce que le droit pénal va de la même façon?

Pendant un certain temps, avocats de la défense pénale venaient des les rangs de procureurs de la Couronne qui cherchent à construire une carrière plus lucrative dans le secteur privé. Ce modèle n’a pas existé pendant au moins une décennie. Qui renoncera à la sécurité d’emploi de la Couronne, à rejoindre les rangs affamés de la barre de défense criminelle? Ceci, et le manque de diversité parmi les procureurs de la Couronne et avocats de la Couronne adjoints, mène à l’évolution d’une structure de carrière et de recrutement de la barre de droit pénal qui sont très différents du reste de la barre. Le service des poursuites de la Couronne a eu la participation traditionnellement faible dans les groupes comme l’Association du Barreau canadien.

La conscription si nécessaire, mais pas nécessairement la conscription

Si le Barreau du Haut-Canada adopte une forme de modèle institutionnel pour compléter stage, peut-être une option serait de consacrer des ressources importantes pour le développement d’une académie de criminalistes. Cela aiderait à soulager l’aspect du problème qui se concerne la formation. La formation d’une milice de criminalistes ne sera pas, cependant, de soulager les pressions qui s’exercent sur la barre privée. Entre les clients qui ne peuvent pas payer et les avocats qui ne peuvent pas se permettre de travailler, le train hors-service est arrivé à la gare.

Il existe déjà des niches « civiles » quasi-criminelles qui montrent des signes de difficulté. L’auteur de ce blog, par exemple, a rejoint un certain nombre d’avocats qui se sont portés volontaires pour agir à titre de conseiller pro bono dans les audiences disciplinaires du Barreau. C’est, à proprement parler, un tribunal civil administratif. Toutefois, les praticiens pénales et civiles ont tous les deux toujours agi dans la défense des avocats face à une procédure disciplinaire. Le fait qu’un nombre croissant d’avocats ne peuvent pas embaucher un avocat quand ils ont des ennuis est un canari dans la mine.  Ce sont les avocats qui ne peuvent pas payer à un avocat et pourtant qui ne sont pas admissibles à l’aide juridique non plus. Un segment entier de la profession juridique est juste comme la plupart des Canadiens à revenu moyen, comme identifié par le Projet de l’Ontario des besoins juridique en matière civile. Pas super-héros, juste des gens ordinaires, présumé innocents.

Après des audiences disciplinaires pro bono, est-ce qu’il y aura un moment où les avocats de Bay Street sera mobilisé pour le travail pro bono criminelle? Une version bourgeoise juridique de The Handmaid’s Tale? Ne riez pas – de nombreux grands cabinets d’avocats ont longtemps encouragé leurs étudiants et jeunes à travailler dans les cours de petites créances et d’autres travaux pro bono, pour obtenir de l’expérience. Après la formation juridique continue obligatoire, peut-il y avoir des audiences obligatoires dans les tribunaux pénales? Le déclin de l’avocat de la défense pénale est comme l’abattage de l’arbre premier dans la forêt. Nous devons le remplacer avec de nouveaux arbres, avant que les gens se rendent compte.

Terms of use / Mentions légales

Comments

  1. I see this as a real problem today. There are some communities where there have been no new criminal lawyers added for ten years. The expectation of accused to obtain legal aid creates a lowered fee schedule, yet the demands of a thorough practice are high.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s