Judges and juries read lips – how to make them do it

We hear with our eyes, as well as our ears.  If you have any doubt about this, try having a conversation with the back of someone’s head.

(la version française suit)

That’s right, do it now.  If you’re at the office, play it out with a colleague or a member of your staff.  If you’re at home, try to follow the TV news with your back to the set, and see how well you follow what’s going on.

The back of the head is what the judge sees, if you examine from the side closer to the jury box.  It is what the jury sees, if you examine from the big lectern, usually left in the middle of the room by the court staff between the counsel tables.  It’s only human nature, but if you don’t see the witness’ face, the trier of fact will subconsciously feel permitted to allow the mind to wander.  You may think you’re making great points cross-examining your opponent’s witness, but any given member of the jury staring at the back of the witness’ head can be thinking instead about rushing home to relieve the babysitter after 4:30 p.m.

Although this blog is devoted to junior lawyers, I have seen very senior advocates force a judge or jury to listen to an important witness’ bald spot for hours on end.  They forget it’s a tripartite conversation.  You are speaking to the court, and the witness is the messenger:

  1. you ask the questions
  2. the witness answers
  3. the judge or jury listens
It does not matter what the witness says to you – you have to get the witness to speak to the court, and keep the court listening.

Turn that head around, make the judge or jury read those lips, and make the witness speak directly to the trier of fact as if the witness were speaking to them.  You can’t block out someone who is looking at you while he is speaking to you.  That is how you capture the court’s attention to win your client’s case.  The first time you do it, you’ll see how if you move from side to side, the witness’ face turns with you.

If you have a witness whose head is buried in a brief of documents, while he’s giving important evidence, ask him to repeat it by telling him you had a hard time hearing.  His head will perk up.  If you’re standing in the right place, he’ll turn his head where the judge or jury can see, and he’ll repeat it.  Do this enough times, and he’ll actually start lifting his head before speaking without being prompted.

So you enter the court for a jury trial, and you see the lectern in the middle of the room.  Or, for a judge-alone trial, you see the lectern off to the right of the counsel tables.  What to do?

Check the Courts of Justice Act.  You’ll find there’s nothing in it or in the rules of court about where the lectern goes, or about having to defer to the cleaners who vacuumed the floor the night before and left the lectern where it now is.  If you find it in the wrong place, move it.  If your opponent has used it in the wrong place, move it.  As counsel, you own the lectern.  It is a piece of equipment you use for your work.  Put it in the right place to point the witness’ face toward the person or persons who will be deciding the case.  The trial judge’s duty is to ensure the jury hears the evidence clearly and fairly, and should be sympathetic as you move the furniture.  It is your duty to do everything in your power to ensure this happens.

~  ~  ~

Les juges et les jurés sont des lecteurs sur les lèvres – pourvoit qu’ils le fassent.

Nous entendons avec nos yeux, ainsi que nos oreilles. Si vous avez le moindre doute à ce sujet, essayez d’avoir une conversation avec le dos de la tête de quelqu’un.  C’est vrai, faisez-le maintenant. Si vous êtes au bureau, essayez-le avec un collègue ou un membre de votre personnel. Si vous êtes à la maison, essayez de regarder à la télévision avec seulement le son et voyez combien de temps vous faites attention.

L’arrière de la tête est ce que le juge regarde, si vous examinez le témoin du côté proche de la boîte du jury. C’est ce que le jury voit, si vous examinez du lutrin, souvent laissé dans le milieu de la salle par le personnel de la cour entre les tables des avocats. C’est seulement la nature humaine, mais si vous ne voyez pas le visage du témoin, le juge des faits inconsciemment permet à l’esprit à vagabonder. Vous pouvez penser que vous faites des grands points du contre-interrogatoire, mais tout membre du jury donnée à regarder l’arrière de la tête du témoin peut bien penser à d’autres choses.

Bien que ce blogue est consacré aux jeunes avocats, j’ai vu des avocats de très haut niveau obliger un juge ou un jury à écouter l’arrière du crâne d’un témoin important pendant des heures. Ils oublient que c’est une conversation tripartite. Vous parlez à la cour, et le témoin est le messager:

  1. c’est vous qui posez les questions au témoin
  2. le témoin répond, mais non pas à vous
  3. c’est le juge ou le jury qui écoute

Tournez la tête du témoin, obligez le juge ou le jury à lire sur les lèvres du témoin.  Le témoin doit parler directement à eux. Vous ne pouvez pas éviter le regarde de quelqu’un qui vous parle ainsi. Voilà comment capter l’attention du tribunal pour obtenir gain de cause de votre client.

Si vous avez un témoin dont la tête est penchée dans un mémoire de documents, tandis qu’il donne des preuves importantes, demandez-lui de répéter en lui disant que vous l’aviez mal entendu. Sa tête va se lever. Si vous êtes au bon endroit, il va tourner la tête ainsi que le juge ou le jury peut le voir son visage, et il vous répétera son énoncé. Faites-le plusieurs fois, et le témoin va commencer à lever la tête avant de parler sans être invité.

Vous entrez donc dans la cour pour un procès devant jury, et vous voyez le lutrin dans le milieu de la pièce. Ou, pour un procès de juge autonome, vous voyez le lutrin à droite des tables de conseil. Que faire?

Vérifiez que la Loi des tribunaux judiciaires est bien silente au sujet de l’endroit du lutrin.  Qui va déterminer la façon de votre interrogatoire, vous, ou l’agent de nettoyage qui a aspiré le tapis la nuit dernière et qui a laissé le lutrin au lieu où il est maintenant? Si vous le trouvez au mauvais endroit, déplacez-le. Si votre adversaire l’a utilisé au mauvais endroit, déplacez-le. Comme l’avocat, vous possédez le lutrin.  C’est votre outil de travail. Mettez-le dans le bon endroit. Le devoir du juge de première instance est d’assurer que le jury entend la preuve d’une façon claire et équitable.  Donc le juge devrait être sympathique que vous déplacez les meubles.

Terms of use / Mentions légales

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s