No ‘unbundling’ of negligence

The hitherto unrepresented litigant has made an appointment to see you.

(la version française suit)

Under his arm, he clutches a big stack of papers, out of which he hands you a motion record for summary judgment delivered at his post office box.  The hearing is scheduled for the day after tomorrow, and he presents you with a cheque for $5,000.  You will obtain an adjournment of the motion and eventually you will employ your skills as a lawyer and persuade the court there are reasons why the matter needs to proceed to trial.  When you have achieved this victory for your client, you will send him a bill for $10,000, from which you will deduct the $5,000 retainer.  Your client will dismiss you.  He will write a letter to the Law Society saying you have overcharged him.  Ultimately, the client’s plan was to hire you for the motion only and conduct the rest of the case by himself.  This true story is a common example of “unbundling” of legal services, the old-fashioned way.

Regulatory permission to unbundle

As of September, 2011, the Law Society’s amendments to the Rules of Professional Conduct defined the manner in which lawyers could ethically provide legal services under limited scope retainers, so-called ‘unbundled’ legal services.  Limited scope retainers are now governed by s. 2.02 (6.1), (6.2) and (6.3) of the Rules.

With unbundling, lawyers provide legal services for only part of a client’s legal matter. It remains the lawyer’s responsibility to assess whether acting for a client for only part of the matter is feasible.  Moreover, it is also important to ensure the scope of the limited services is carefully defined in the written retainer.  Certain situations, such as preliminary consultations, duty counsel and clinic representation, are exempted from the rules.

Unbundling is an important consideration for lawyers starting out in sole or small firm practice, because many potential clients may approach them with a legal matter without being able to pay for all of the “bells and whistles” of, say, a civil litigation dispute or a family law case.  Considered a way to promote access to justice, the Law Society has made some room for this practice because without it, many clients would likely not retain a lawyer at all.  According to the report of the Ontario Civil Needs Project, “People do not need, or want, full legal representation to solve every civil legal issue they encounter. In some cases, partial legal and paralegal representation, or “unbundled” legal services, may be the answer. A significant proportion of middle-income Ontarians can afford to pay for some legal services.”

No relief from professional liability

The Law Society has created some room for lawyers to engage in this practice, so they do not risk disciplinary action for failing to provide services for all aspects of a legal matter.  What has not occurred, however, is statutory relief against negligence claims arising from limited scope retainers.  Indeed, how would a limited scope retainer agreement be interpreted along side s. 22 of the Solicitors Act, which provides that any agreement to contract out of professional negligence is void?  (The provision does contain an exception for employment agreements.)  The lack of statutory relief against negligence claims has been cited as a reason for defensive legal practice, in turn causing the cost of legal services to rise beyond the reach of many Canadians.  (See MacLeod, Is ‘Defensive Practice’ by Lawyers an Obstacle for Access to the Courts? B.C. Justice Review Task Force and the Civil Justice Reform Working Group, June, 2005.)

The law of professional negligence requires lawyers to advise clients on matters outside of the scope of a retainer, if important information comes into his or her possession.  The fact that the client has hired a lawyer on a limited-scope retainer does not relieve the solicitor of acting reasonably in respect to the ultimate loyalty owed to the client: Fellowes, McNeil ats Kansa. (2000) 22 C.C.L.I. (3d) 1 (leave to SCC allowed, but settled before hearing).  In Fellowes, at paras. 53-59, the Court of Appeal for Ontario upheld the trial judge’s finding that an insurance coverage opinion was included in the scope of the retainer on behalf of an excess liability insurer in a civil action.  However, the Court of Appeal also considered the solicitor’s duty of care even if one assumed the retainer did not extend to insurance coverage.  The question the Court then posed was whether “an ordinarily competent and prudent solicitor” would have realized that the insurer client’s coverage interests could be affected by important new information received during the course of litigation.  The court upheld the trial judge’s ruling that the solicitor may not have been required to seek out the coverage information, but was required to understand the significance of the information once he was aware of it.  He was then required to alert the insurer of it and of its significance.

Getting back to our colleague with the retainer to handle a summary judgment motion, one must not only commiserate with his eventual (and predictable) plight.  He most likely was retained believing he would have carriage of the matter to trial.  The “limited scope” was in the mind of his client from the outset.  However, let us assume the client had retained him with a written retainer to deal with the summary judgment motion only.  Following Fellowes, the solicitor would not only have to represent the client to get over the summary judgment motion.  If the solicitor, in preparing for the argument of the motion, found a fact which could be very significant to the client outside that scope, whether positive or negative, he must bring the fact to the client’s attention and alert him of the legal significance.  One cannot, as it were, ‘unbundle’ negligence.

Additional Reading : OBA Submission on Unbundling of Legal Services

♦    ♦    ♦

Le client jusqu’ici non-représenté a pris rendez-vous de vous voir.

Sous son bras, un grand dossier.  Il vous présente un carnet de motion pour jugement sommaire livré à sa boîte postale. L’audience est prévue pour après-demain, et il vous présente avec un chèque de 5 000 $. Vous obtiendrez un ajournement de la motion et vous allez convaincre la cour qu’il y a des raisons pour lesquelles la question a besoin d’un procès. Lorsque vous avez atteint cette victoire pour votre client outside that scope, vous lui envoyez une facture pour 10 000 $, à partir de laquelle vous pourrez déduire les 5 000 $. Votre client vous renvoye.  Il écrit une lettre au Barreau en disant que vous lui avez surchargée. Le plan du client a été toujours de vous embaucher pour la motion.  Il avait toujours l’intention de se représenter  pour le reste de l’action. Cette histoire vraie est un exemple commun de « unbundling » des services juridiques, ainsi de la manière non-réglée.

La réglementation de « unbundling »

En Septembre 2011, les amendements du Code de déontologie du Barreau du Haut-Canada définit la manière dont les avocats pourraient éthiquement fournir des services juridiques dans les services limitée, ce qu’on appelle le « unbundling » des services juridiques, ou dégroupage. Ce sont désormais régies par l’art 2.02 (6.1), (6,2) et (6.3) de ce Code.

Avec le dégroupage, les avocats fournissent des services juridiques pour une partie seulement de la matière juridique d’un client. Il demeure la responsabilité de l’avocat pour déterminer si agissant pour un client que pendant une seule partie de la question est réalisable. Par ailleurs, il est également important de s’assurer de la portée limitée des services est soigneusement défini dans le mandat écrit. Certaines situations, telles que des consultations préliminaires, ou l’avocat de service et de la représentation clinique, sont exemptés des règles.

Le dégroupage est une considération importante pour les avocats qui débutent dans la pratique entreprise unique ou petite, parce que de nombreux clients potentiels peuvent les aborder avec une question juridique sans être en mesure de payer pour tous les aspects d’un litige civil ou d’une affaire de droit familial. Considéré comme un moyen de promouvoir l’accès à la justice, le Barreau a permit cette pratique, car sans elle, de nombreux clients ne pourraient probablement pas engager un avocat. Selon le rapport du Projet sur les besoins juridiques civils de l’Ontario, « les gens n’ont pas besoin, ou envie, pleine représentation juridique pour résoudre chaque problème juridique civile qu’ils rencontrent. Dans certains cas, partielle et une représentation juridiques parajuriste, ou ‘dégroupage’ des services juridiques, peuvent être la réponse. Une proportion importante des Ontariens à revenu intermédiaire peuvent se permettre de payer pour certains services juridiques. »

Aucune exonération de responsabilité professionnelle

Le Barreau a créé une certaine marge pour les avocats de s’engager dans cette pratique, de sorte qu’ils ne risquent pas d’une action disciplinaire pour avoir omis de fournir des services pour tous les aspects d’une question juridique. Ce qui n’a pas eu lieu, cependant, est d’un redressement statutaire contre les réclamations découlant de la négligence de retenue portée limitée. En effet, comment un accord de portée limitée retenue être interprétée avec l’art 22 de la Loi sur les procureurs, qui prévoit que tout accord qui exclue la faute professionnelle est nul? (La disposition prévoit une exception pour les contrats de travail.) L’absence d’un redressement statutaire contre les réclamations pour négligence a été citée comme une raison pour la pratique juridique défensive, provoquant à son tour l’accroitement du coût des services juridiques hors de la portée de nombreux Canadiens. (Voir MacLeod, ‘La pratique défensive’ par les avocats est-elle un obstacle pour l’accès aux tribunaux? BC Justice Review Task Force et le Groupe de travail de réforme de la justice civile, Juin, 2005.)

La loi de négligence professionnelle exige des avocats de conseiller les clients sur des questions hors de la portée d’un mandat, si des informations importantes entre en sa possession. Le fait que le client a engagé un avocat sur une retenue de portée limitée ne dispense pas l’avocat d’agir de façon raisonnable en ce qui concerne la loyauté ultime envers le client: Fellowes, McNeil ats Kansa (2000) CCLI (3d) 1. En Fellowes, par. 53-59, la Cour d’appel de l’Ontario a confirmé le juge du procès selon laquelle une opinion sur la couverture d’assurance était incluse dans le périmètre de la retenue sur le compte d’un assureur de responsabilité civile excédentaire dans une action civile. Toutefois, la Cour d’appel a également considéré comme le devoir de l’avocat, même si l’on suppose la provision ne s’étend pas à la couverture d’assurance. La question qui se pose alors la Cour était de savoir si “un avocat normalement compétent et prudent” serait rendu compte que les intérêts de couverture du client de l’assureur pourrait être affectée par de nouvelles informations importantes reçues au cours d’un litige. Le tribunal a confirmé la décision du juge du procès que l’avocat ne devait pas rechercher les informations de couverture, mais il lui fallait comprendre l’importance de l’information une fois qu’il en était conscient. Il devait ensuite alerter l’assureur de l’information et de son importance.

Pour en revenir à notre collègue, retenue pour traiter une requête en jugement sommaire, il faut non seulement de la sympathie avec son éventuelle (et prévisible) sort.  Cependant, supposons que le client l’avait engagé avec un mandat écrit pour faire face à la requête en jugement sommaire. D’après Fellowes, l’avocat devait non seulement représenter le client pour la motion en jugement sommaire. Si l’avocat, dans la préparation de l’argument de la motion, a trouvé un fait qui pourrait être très important pour le client, qu’il soit positif ou négatif, il doit porter le fait à l’attention du client et de l’alerter sur l’importance juridique. On ne peut pas, pour ainsi dire, « se dégrouper » de la négligence.

Terms of use / Mentions légales

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s